Une crème pour l’hiver

«Et voilà, c’est fini», me dis-je en regardant mon potager. J’ai enlevé les piquets des haricots et les soutiens pour les tomates, arraché les derniers légumes qui ont pris froid, cachés sous les feuilles mortes. Mon potager est un triste terrain vague. Comme ces stars vieillissantes abîmées par un bronzage intensif, sa peau est craquelée, fatiguée, inégale. Comment effacer les signes de la surproduction estivale? La solution est dans ma poche sous la forme d’un engrais vert, l’épeautre. C’est la meilleure des crèmes pour la peau, m’a susurré l’expert qui me l’a vendue à un stand bio discrètement campé au détour d’un marché. «Vous verrez, il suffit de le planter en fin d’automne et il fera tout pour vous!» Une plante capable de rajeunir la terre? Et pourtant, c’est bien le cas de l’épeautre qui, comme tous les engrais verts (phacélie, moutarde blé, avoine,…), résiste au gel, pousse doucement et décompacte la terre grâce à son intense système de racines qui permet aux micro-organismes de mieux circuler et au jardinier de bê- cher avec plus de facilité.
C’est donc une plante qui active la circulation. Elle pousse miraculeusement à travers le froid, protégeant la terre des agressions externes comme l’excès d’eau (la maudite érosion) et empêchant les mauvaises herbes de commencer à s’enraciner. Sa présence promeut les insectes pollinisateurs et autres auxiliaires du jardin et bannit les ennemis comme certains cham- pignons. Finalement, une fois venu le moment de la coupe (au printemps), en la remettant dans la terre qui l’a vue pousser – le geste est le même que lorsqu’on fourre le drap sous le matelas –, elle devient une «nourriture intensive» pour le sol. Comme
une crème qui serait aussi un masque de beauté: le nitrate contenu dans la plante est libéré par une décomposition ultra-rapide et elle devient ainsi le bien nommé engrais vert. Les engrais verts sont incontournables. Petit souci au potager?  Petit coin de terre inutilisé? Légumes qui ont besoin de soutien? Le résultat est visible en une saison. La terre est plus meuble, plus hydratée, plus jeune grâce à ce produit «tout en un», nettoyant, drainant, hydratant, rajeunissant, nourrissant. Que de promesses pour la modique somme de 6 francs (pour un grand sachet de graines bio)! Face à mon enthousiasme, mes amis sceptiques me font remarquer que si c’était aussi efficace «ça se saurait». Je leur réponds que seul le temps pourra le dire. Comme pour les crèmes, c’est lui qui a le dernier mot. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s